Poésie du matin…

 Mohammed Al-Maghout.
Le Chiffonnier
Nom : insecte
Couleur : jaune de terreur
Front : dans la boue
Domicile : le cimetière ou les registres d’état civil
Métier : chiffonnier
Commerce : sable d’or ciel d’azur
Tempêtes de neige
Rivages sinueux à l’infini
pour épuiser les marins et les cartographes.
Je vends de la poussière pour les villages
du trachome pour les enfants
du strabisme pour les ruelles
des pierres pour la sculpture et pour mâter les manifestants.
J’ai des pères pour ceux qui cherchent la révolte
des mères pour qui ceux cherchent la tendresse
des trottoirs pour vendre les fleurs
des forêts pour fabriquer les bateaux les sabots les hampes des drapeaux.
J’ai de la neige pour les oiseaux
un automne pour les forêts
de la toux pour les ruelles
des fenêtres élevées pour interpeller les vendeurs,
pour appeler au secours.
J’ai de tout, Messieurs
des aigles, des mégots
de la sciure de bois
des bidons vides
Et j’ai des … peuples
des peuples doux et paisibles comme la jungle
on pourrait les utiliser
dans les cafés les guerres les embouteillages
Dépêchez-vous, messieurs,
voici la nuit
je dois boucler mon commerce
avant le coucher du soleil
sortez vos portefeuilles ne craignez pas mes prix :
toutes les conquêtes arabes
contre une alcôve
tous les astres d’Orient
contre une allumette
pour chercher dans ma patrie
un caillou ou un clou
que je planterai dans ma poitrine comme le bec d’un cygne
et puis je mourrai.
traduction inédite Rania SAMARA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s